Hal-Saflieni et l’archéo acoustique

Malte, magnifique destination de vacances avec ses plages et son soleil, mais que de site historique incroyable.

Le plus connu est l’hypogée d’Hal-Saflieni. Construction souterraine estimée à 5000 ans, ses fonctions auraient changé avec le temps, passant de temple à crypte. 7 000 corps auraient été retrouvés au premier niveau. Le deuxième niveau, lui, était clairement consacré à une dynamique religieuse. Un troisième niveau, bien qu’existant, n’aurait pas eu plus de fonction que garde-manger. C’est donc ce deuxième niveau qui semble le plus intéressant. Souvent appelé le « labyrinthe », il est composé de plusieurs pièces juxtaposées et reliées par différents couloirs, entrecoupé de porte trilithes. Ce nom étrange, signifiant « trois pierres » en grec, désigne tout simplement la structure mondialement connue de deux blocs de pierres verticales en supportant une troisième. Je dis mondialement connu car aujourd’hui presque tous ont déjà vu une image de trilithe, mais aussi car ce genre de construction se retrouve partout à travers le monde. Tellement que des théories de peuple mégalithique avaient vu le jour, et font toujours rumeur dans certains cercles. Les plus connues de ces portes de pierre sont celles trouvées à Malte, mais aussi évidemment à Stonehenge, bien qu’on peut en admirer partout en Europe, en Moyen-Orient, en Afrique, et jusqu’au milieu du pacifique sur des îles Polynésiennes.

Arrivé au deuxième niveau, nous nous retrouvons dans une grande pièce circulaire, taillé directement dans la pierre, et dont les parois avaient été recouverte d’ocre, afin de lui donner une teinte rouge. Des renforcements auraient abrité des statuettes, comme celle très connu de « la femme couchée » retrouvé dans cette même pièce, mais quand on fait des fouilles dans un temple vieux de plusieurs milliers d’années, je trouve quelque peu présomptueux de croire que ce qu’on y trouve y était à l’origine. Les choses changent, évoluent, sont réappropriées et transformées. Donc cela sera tout pour cette pièce.

licence wikicommons

Non loin se trouve la pièce qui fut nommé la chambre de l’Oracle. Bien que n’étant pas la salle principale, c’est elle qui doit attirer l’attention. Ian Cook est l’un des scientifiques ayant étudié ces pièces aux étranges particularités. Il se trouve que cet hypogée d’Hal-Salfieni possède des caractéristiques acoustiques très développées. Des milliers d’années avant les grecs, le peuple fondateur de ce temple avait bâti, à une dizaine de mettre sous terre, un complexe aux longs couloirs et aux pièces incurvées, permettant de faire courir le son à travers les trois niveaux qui le compose. Tout comme l’on peut, dans un amphithéâtre grec, chuchoté à une extrémité et être entendu à l’autre, le phénomène se retrouver à certain endroit de l’hypogée. Mais c’est dans cette chambre de l’oracle que le phénomène est encore plus poussé, grâce à une niche située dans un de ses murs de calcaire. N’importe quelle mot prononcé dans cette niche sera entendu n’importe où dans le reste du complexe, pourtant très grand. Comme vous pouvez le voir sur le plan, la chambre de l’oracle est pourtant la pièce la plus excentrée du complexe, et la niche l’est d’autant plus. Sur le plafond de la pièce a été peint des spirales avec la même teinte ocre, probablement à des fins de transes. L’équipe de Ian Cook ont fait partie de ceux (comme Ruben Zahra ou Dr Robert Jahn) réalisant que la réverbération via cette pièce avait la caractéristique de modifier la fréquence cérébrale, et donc la perception. Entendre un son émanant des murs du sol et du plafond le fait aussi ressentir de manière très différente. La fréquence ciblée et recherché par les anciens habitants était probablement environ 110Hz (voix grave d’homme), à laquelle nos chers scientifiques nous disent que des changements abrupts se passent dans notre cortex préfrontal, mettant en pause le centre du langage, et inversant la domination des hémisphères, passant de la domination de l’hémisphère gauche à celui de droite, dévolu aux processus émotionnels et créatifs, mais agissant donc aussi sur les aires du cerveau régissant l’humeur, l’empathie ou le comportement social. Imaginer les rituels de chant et de transe, fixant une spirale au plafond, devient très simple (Paul Devereux, pense lui, par exemple, que les symboles peint au plafond représenterait des notations acoustiques). Cela l’est beaucoup moins d’imaginer les incroyables connaissances demandées pour réaliser, outre l’excavation de millier de tonnes de pierre, le façonnement manuel des murs afin qu’ils réverbèrent les ondes acoustiques dans un but aussi précis (sans parler de technique architectural plus qu’innovante, comme des murs de soutènement, d’encorbellement ou encore d’arc horizontal).

Les travaux d’archéo-acoustiques les plus poussés ont été effectué pendant la « Conference ARCHAEOACOUSTICS: The Archaeology of Sound » qui s’est justement tenu à Malte du 19 au 22 février 2014. Les résultats ont montré que la résonance du complexe rocheux peut être stimulée par deux fréquences 112 Hz et 64-68 Hz. Des dizaines de tests ont été fait, et il a été démontré que le son de plusieurs instrument type corne ne provoquaient rien, alors que le son d’une percussion style tambour en peau comme ceux tenu par les shamans avait une très grande résonance sur le complexe. De la même façon, la voix d’un homme obtenait de grands résultat, alors que celle d’une femme non.

Notre  « oracle », pour qui le site semble bien destiné, pouvait donc de sa niche s’adresser à l’ensemble du complexe, et en modulant sa voix de la bonne façon, modifier leurs perceptions, si ce n’est plus. Des possibilités de manipulations (les voix conduites par les pierres peuvent être prises pour celle des dieux, par exemple), mais aussi d’hypnose et de conditionnement peuvent bien être envisagées, via l’altération des ondes cérébrales. Notre imagination ne couvre probablement ni le potentiel de ce genre de « technologie », ni les usages fait à l’époque.

En tout cas, les visiteurs de l’hypogée se disent souvent dérangés par les vibrations d’échos dégagés par les pierres, d’autres relaxés, probablement selon la sensibilité de chacun et la fréquence précise émise et conduite par le complexe. Notons aussi que malgré l’incroyable stabilité de l’édifice de par l’impressionnante technique avec lequel il a été construit, des modifications ont évidemment été faite par les âges ainsi que par les fouilles archéologiques et de préservation, modifiant le potentiel acoustique tel qu’il devait être à l’origine.

Prenons donc un moment pour considérer ces lointains ancêtres de l’âge du néolithique (dont les principales innovations accordées à cette période n’est que l’outillage en pierre poli et la poterie !). Imaginons-les comme les manuels scolaires et la plupart des films nous les montre. Ensuite, faisons leur construire quelque chose comme l’hypogée d’Hal-Saflieni. Est- ce que cela colle selon vous ?

Je noterais aussi un autre détail qui mériterait approfondissement, qui est la découverte sur ce site de ce que l’on nomme des crânes dolichocéphales, c’est-à-dire des crânes allongés. A suivre…

Pour terminer, mon but est toujours de pousser le lecteur à ses propres recherches, afin de se faire ses propres idées et de construire son propre chemin de réflexion. Quant à moi, je continuerais le sujet avec d’autres sites ayant les mêmes caractéristiques, car oui, Malte n’est pas un cas unique. D’une part d’autres sites sur malte montre des résonances aux mêmes fréquences, mais nous retrouvons des phénomènes identiques aussi bien en Angleterre qu’en Espagne…

Pour plus d’informations ainsi que plusieurs photos

http://www.otsf.org/Archaeoacoustics.htm

http://www.ancient-origins.net/news-history-archaeology-mysterious-phenomena/experts-unravel-sound-effects-malta-s-hypogeum-hal

Quelques liens sur l’acoustique de Stonehenge :

http://www.scientificamerican.com/article/stonehenge-lecture-hall-acoustics/

http://www.bbc.com/news/uk-england-17754949

Enfin, pour plus d’information sur l’archéo-acoustique, vous pouvez visiter ce site. Leur collecte d’information est extrêmement intéressante, et très bien documenté (même s’il faut aller à la section « bibliography and links » pour le voir).

Lire la deuxième partie

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s