Après l’incroyable pierre inca aux 12 angles, une pierre en ayant 13. Différents exemples de la technicité des anciens maçons

Ils n’ont pas fini de nous étonner, ces anciens peuples. La pierre inca aux 12 angles était bien connu, faisant partis de ces exemples souvent donné quand l’on parle de l’incroyable technicité des anciennes civilisations. L’on peut l’admirer à Cusco, dans un mur mégalithique de Hatun Rumiyoc Street, et considéré comme une ancienne partie du palace d’Inca Roca, le sixième souverain de l’empire Inca. Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous, le travail est exemplaire et le découpage des angles est d’une telle perfection qu’ils s’insèrent dans les pierres adjacentes au millimètre. Les joints sont si fins qu’il y est impossible d’y glisser une aiguille.

Pierre aux 12 angles Cuzco

La pierre aux 12 angles de Cuzco

Cette fameuse pierre est loin d’être la seule. Elle est devenue un symbole aujourd’hui, mais l’entièreté du mur n’est qu’une succession de pierres aux angles improbables s’alignant dans une perfection donnant au mur une solidité incomparable. Et elles ne sont que représentative des autres constructions Incas (ou attribué aux Incas), faisant toutes preuves de qualités architecturales impressionnantes.

D’ailleurs, le Peruvian Times vient de publier un article sur la découverte d’une pierre à la réalisation tout aussi exemplaire mais disposant cette fois de 13 angles !

Pierre aux 13 angles

Pierre aux 13 angles à Huancavelica

Celle-ci est située à Huancavelica, et faisant partie d’un vaste (très vaste même) ancien système de route et d’irrigation Inca, le Qhapaq Ñan. Le Qhapaq Ñan était un réseau de routes destiné à la communication, l’échange et la défense, s’étendant sur près de 30 000 km ! Construit dans l’une des régions les plus géographiquement extrême du monde, à plus de 6 000 mètres d’altitude, à travers les Andes, des forêts tropicales, des vallées et des déserts, des pics enneigés andins aux côtes Colombienne, Équatorienne, Péruvienne et Chilienne.

Mur de Sacsahuaman

Cité de Sacsayhuamán

Ce genre de techniques sont loin d’être unique dans l’architecture mésoaméricaine. Par exemple, l’on peut encore aujourd’hui admiré la cité de Sacsayhuamándont les imposants murs sont fait de pierres placées là aussi sans mortier, tenant uniquement grâce à une découpe d’extrême précision les faisant s’imbriquer à la perfection. Là encore, comme pour les exemples donné ci-dessus, « l’on ne peut y glisser une aiguille ».

Les ressources des anciennes civilisations n’étaient pas à sous-estimer, car leur connaissances dépassait probablement de loin le crédit que l’on veut bien leur accorder. Les constructions architecturales du monde entier viennent en témoigner. Nos petites maisons et nos grattes ciels fragiles seront-ils toujours là dans 500, 1 000 ou 5 000 ans pour être admirés par les futures civilisations ? Rien n’est moins certain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s