Les bienfaits de la cétose, où comment s’être toujours trompé sur l’alimentation

C’est un sujet bien compliqué que je cherche à aborder ici. Je ne pourrais décrire, traduire et expliquer chaque chose, donc je vais mettre le plus de liens source et laisser votre curiosité boucher les trous. Après tout, l’on ne peut compter que sur soi-même si l’on veut vraiment apprendre quelque chose ! Ce sujet, c’est celui du régime alimentaire, et du clash sucre vs. gras. Commençons par un petit état des lieux de quelques concepts couramment répandu. « Le gras, c’est mal », « le sucre, c’est mal », « un bon régime, c’est des légumes, des fruits, et un peu de viande blanche par-ci par-là », etc. Avouons qu’il devient compliquer aujourd’hui, même sans rentrer dans le sujet du contenu de nos supermarché et de la qualité des aliments, de savoir quoi manger pour optimiser notre santé et notre bien être. Les interdits sont partout, et souvent contradictoires.

Je vais donc essayer d’établir ici le résultat de nombreuses recherches répondant à de nombreuses questions et renvoyant aux oubliettes les concepts stéréotypés propagés par la publicité, les lobbys et l’ignorance commune. Pour résumé en une phrase, « le gras, c’est la vie ». L’un des articles (et aussi l’un des rares en français que je pourrais vous proposer) résumant le plus le concept de la diète cétogène (on va y venir) est celui récemment publié de science et avenir.

Cet article établi le résultat d’une étude récente concernant la consommation d’aliment riche en sucre, contre un régime fort en gras et faible en sucre. Les résultats, contre toutes attentes, démontrent que tripler la consommation de graisse animales ne produit aucune augmentation du taux de graisse saturé (les « mauvaises ») dans le sang, alors que les glucides oui. En résumé, et comme le titre de l’article de science et avenir l’indique, les sucres sont plus dangereux que la graisse pour les maladies cardio-vasculaires. Le groupe ayant vu leur régime baisser en glucide et augmenter en graisse, à même perdu du poids, jusqu’à 10 kilos, durant les quatre mois et demi qu’a duré l’étude. Voilà qui rejette bien des préjugés sur le lien entre graisse et obésité ! Les scientifiques en charge de l’étude finissent aussi par préciser qu’en réalité, aucune étude n’a pus montrer un lien entre graisses saturées et maladies cardio-vasculaire. Cependant, de nombreuses études prouvent le lien entre un régime faible en glucide et des pertes de poids ainsi qu’une baisse des risques de maladie cardio-vasculaire, et parallèlement, d’autres études montrent elles clairement le lien entre la consommation de sucre et l’obésité, les maladies du cœur ou même le cancer . Ne serait-ce que pour rester sur la même étude, les chercheurs ont observé chez les sujets avec un régime fort en glucide une augmentation significative d’acide palmitoléique, qui bien que pouvant avoir certains effets bénéfiques pour le corps (comme tout quand l’équilibre est respecté), devient associé à de très nombreuses maladies quand son taux devient trop élevé.

Pour ajouter une précision peut être nécessaire, quand l’on dit que la consommation de graisse animale saturée n’augmente pas le risque de maladie cardio-vasculaire, mais que les glucides oui, l’on parle ici, entre autre, pour ceux qui se posaient la question, de cholestérol. Cet autre article montre bien qu’une diminution de l’apport de glucide diminue la quantité de cholestérol dans le sang. Deuxième point, ce que l’étude prouve est que l’apport de graisse saturé dans l’alimentation n’augmente pas la quantité de graisse dans le sang seulement quand la consommation de glucide est diminué. ( pour la précision sur les différences d’aliments riche/faible en glucide, et ceux avec un haut/faible taux glycémique, ainsi que leurs effets sur le cholestérol et autres risques cardio-vasculaire, voir ici et ici). Enfin une étude encore plus récente sur l’absence de lien entre l’apport d’acide gras saturé et le risque d’évènement coronariens chez les patients atteints de maladie coronaire. (Pour les personnes décryptant l’anglais, je conseil cet article, expliquant clairement et avec une abondance de source d’où est né le mythe du danger des acides gras saturé, et ce qu’il en est en réalité)

Revenons un peu en arrière, et expliquons quelque peu les concepts décrits ici. Car après tout, les glucides, c’est quoi? Et la diète cétogène, késako? Ce qu’il faut savoir, c’est que le corps à deux sources d’énergie possible, les sucres, ou les graisses. Les sucres, ce sont tout les glucides « sucrant » : fructose, saccharose, maltose, glucose et lactose. A cause de notre alimentation, notre corps est habitué à recevoir de grande quantité de glucide, et donc à l’utiliser comme source d’énergie « principale ». Les graisses animales sont donc reléguées au stockage, i.e bonjours les poignées d’amour, la cellulite, et plus de maladies que je pourrais en lister. Le fait est que ce n’est pas la consommation de gras qui fait grossir (où est dangereuse pour la santé), mais celle de sucre, qui empêche la métabolisation des graisses (c’est en une ligne la conclusion de l’étude cité par science et avenir). C’est pourquoi dans l’étude cité ci-dessus, il est établi que la consommation de sucre (ou carbonhydrate) augmente le taux de graisse saturé dans le sang, même si la consommation de celle-ci est limité. Ce que l’on appelle une diète cétogène, c’est justement un régime avec un très faible taux de glucide (environ 2%), et un très haut taux de gras. La quantité de calorie et de protéine nécessaire est elle toujours respectée. Avec un régime de ce type, le corps se met donc à métaboliser (« brûler ») les graisses, et ainsi entrer en ce qui est appelé l’état de cétose (ce que le corps fait naturellement en période de jeun. Quand après avoir eu une sensation de fringale pendant plusieurs heures, vous n’avez d’un coup plus faim, c’est parce que votre corps est rentrer en état de cétose et métabolise vos graisses, créant des cétones, provoquant une sensation de satiété bien plus importante que le fait le sucre, qui a plus tendance à avoir l’effet inverse et pousser le corps à manger plus). Ce que de très nombreuses études montrent, c’est que le gras est une bien meilleure source d’énergie pour le corps que l’est le sucre (ne serait-ce qu’en ce qui concerne le potentiel calorifique, c’est à dire l’énergie tiré d’une substance, les lipides montrent un résultat deux fois plus élevé que les glucides ou les protéines). Autant des dizaines de recherches montrent que de très nombreuses maladies sont liés à la consommation de sucre, de nombreuses autres exposent les multiples bienfaits du gras. Rappelons que rien dans notre organisme n’utilise le sucre (contrairement à ce que peuvent dire beaucoup de préjugé), alors que le cerveau, par exemple, est fait de 60% de gras, ou encore les membranes de nos cellules, renforcées par le gras et ainsi plus résistantes d’un point de vue immunitaire. En fait, ce type de diète cétogène est connu depuis plusieurs années pour son utilisation dans le traitement de l’épilepsie. Mais ce qui est moins connu, c’est son efficacité contre le cancer. Là aussi le principe est simple. Les cellules cancéreuses se développent grâce aux glucides, alors qu’elles sont incapable d’utiliser les graisses saturées comme source d’énergie. Conséquence, un régime de type cétogène va affamer les cellules cancéreuses et les laisser mourir d’elles-même (plus d’explication en français ici).

Comme je l’ai précisé en introduction, je ne pourrai rentrer dans tous les détails, ni expliquer chaque procédé d’un point de vue médical. Cependant, je vous laisse les liens vers les très nombreuses études et documents qui le font. Pour ceux qui ne peuvent lire ces sources, des recherches peuvent être faites sur des sites francophone afin de se renseigner sur ce genre de régime. Vous ne pourrez lire vous même les études scientifiques, mais vous pourrez en lire les conclusions répandues par les sites faisant leur propagande, et en apprendre plus sur quoi faire pour suivre un régime faible en glucide.

En ce qui concerne les aliments connu comme étant les plus grandes sources de glucide, nous trouvons : le pain (et donc tous les aliments à base de céréales, et de blé en particulier), le riz, les pâtes alimentaires (oui c’est base céréale, mais souvent beaucoup l’oubli), et les patates. Ce genre de régime n’est pas forcément facile à suivre, mais ses bienfaits sur la santé sont quasi illimité. Pour citer l’un des documents que je vais vous partager, ce type de régime est utilisé contre les spasmes infantiles, l’épilepsie, l’autisme, les tumeurs cérébrales, la maladie de Parkinson, les migraines, les troubles du sommeil, la schizophrénie, l’anxiété, les troubles de l’attention et de l’hyperactivité, la maladie de Lou Gehrig, la dépression, les traumatismes crâniens, l’irritabilité, virtuellement tous les problèmes neurologiques, les maladies cardio-vasculaires, et j’en laisse encore beaucoup de côté. Comme promis, en plus des liens déjà présent dans le texte, voici une page listant de nombreuses études (ayant toutes leurs liens vers l’étude en elle même) concernant la perte de poids, la diminution de risque cardio-vasculaire, et l’absence d’effet entre graisse et maladie.

Pour finir, voici un document, certes assez long, mais présentant de manière très approfondie tous les processus exposés brièvement ici, tout en citant ses sources, ainsi qu’un documentaire d’Arte : « Sucre ou gras : lequel est notre pire ennemi ? », dont les conclusions tendent à montrer que les régimes composés exclusivement de glucide ou exclusivement de gras ne sont pas dangereux, et font même perdre du poids, tandis que c’est l’association des deux qui mène à tous les maux que nous connaissons.

Cet article, quant à lui, parle d’études récentes démystifiant le liant entre activité physique et obésité. Bien que l’activité physique réduit de 30 % le risque de nombreuses maladies, elle ne serait en aucuns cas lié à une perte de poids. Le comptage des calories serait lui aussi mal compris. La source des calories est en réalité plus importante que leur nombre. Les chercheurs derrières l’étude expliquent: « Les calories venant du sucre favorisent le stockage de graisse et la sensation de faim. Les calories venant du gras induisent une sensation de satiété. » Les glucides ne seraient pas mieux car de nouvelles études montreraient que les enlever du régime serait la meilleure stratégie pour réduire les problèmes de métabolisme et réduire le diabète. D’après eux, 150 calories supplémentaires par jours venant de sucres multiplient par 11 les chances de développer un diabète par rapport au même nombre de calorie venant de graisses.

Ici, un autre complément d’article sur les bienfaits surprenant d’une réduction des apports en sucre.

Et ici, un article récent sur un régime cétogène comme traitement de la schizophrénie. Les chercheurs ayant mené l’étude sur des souris notent aussi quelques autres effets positifs de la diète outre l’effet sur le cerveau, comme la perte de poids et la baisse du taux de glucose dans le sang, ce qui en plus d’aider le cerveau aide contre l’obésité, les problèmes cardiovasculaire et le diabète de type deux, qui sont trois effets secondaires des traitements actuels de la schizophrénie.

Enfin, je tiendrais à préciser que je ne possède pas de qualification médicale, et que cet article n’a pour but que d’informer en partageant des informations sourcées, et non pas de remplacer les conseils de professionnel. Sentez vous libre de vous informer et ensuite de parler de ce type de régime à votre médecin. Comme tout ce qui touche à la santé, rien n’est standard, car des facteurs collatéraux interviennent toujours, comme certaines pathologies pré-existante. La curiosité et l’apprentissage passe aussi par la communication avec des experts.

Lien supplémentaire sur l’explication du fonctionnement du processus scientifique derrière la diète cétogène. (à lire absolument si vous voulez tout comprendre). Contient aussi toutes les sources scientifiques nécessaires.

Lien supplémentaire sur étude montrant le régime cétogène comme traitement de diverses maladies neurologiques.

Enfin l’un des articles les plus éloquent sur l’histoire de l’alimentation moderne et « l’erreur scientifique » autour du débat sucre vs gras. A lire absolument, le grand format publié dans « The Guardian », The Sugar Conspiracy de Ian Leslie.

Publicités

2 réponses à “Les bienfaits de la cétose, où comment s’être toujours trompé sur l’alimentation

  1. I was more than happy to find this great site. I want
    to to thank you for your time for this fantastic read!!
    I definitely appreciated every bit of it and i also
    have you bookmarked to look at new information on your blog.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s